Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compte-rendu du Conseil Municipal du 16 novembre 2016

Publié le par Association La Vigie de Lion-sur-mer

Conseil Municipal du Mardi 16 novembre 2016 - 19h

On maintient le rythme des conseils toujours aussi courts : 45 minutes cette fois-ci. Si vous ajoutez un dernier conseil à venir le 28 novembre avec une durée certainement sensiblement identique, Mme le maire aura réussi à faire un conseil d'une durée normale en le répartissant sur quatre séances !!...de la manière de faire croire que je travaille beaucoup, alors qu'en fait j'ai fait un seul conseil qui aura duré 2 mois ! Il faut dire qu'il n'y a vait pas eu de conseil pendant 3 mois, il fallait donc bien se rattraper...

Le message reste constant : on travaille beaucoup, et au bal des hypocrites, celui qui lundi soir à l'assemble générale de Lion-Kiebingen, me disait ne plus vouloir continuer, car il “s'était fait avoir”....repart de plus belle, et donc, finalement, trouve très bien ce qui est fait et ne manque donc pas l'occasion de le dire....Je le laisse s'arranger avec sa conscience...

Seuls 10 conseillers étaient présents, dont un bénéficiait d'un pouvoir. Cela signifie que depuis le mois de septembre le conseil ne fonctionne plus qu'avec moins de la moitié de ses membres (11 sur 23). Je considère pour ma part qu'à ce niveau, la municipalité aurait du limiter son action à la seule gestion des affaires courantes, sans se prononcer sur des décisions structurantes pour la commune, comme des cessions de biens communaux.

En ouverture du conseil, Mme le maire a présenté la nouvelle secrétaire générale, qui remplace le secrétaire général qui avait été présenté lors du dernier conseil comme le nouveau secrétaire général qui remplaçait la secrétaire générale....vous suivez ?

I – Approbation du compte-rendu du Conseil municipal du 26 septembre 2016

Il y avait une erreur dans le compte-rendu : seule la compétence “Développement et promotion touristique” est transférée à la communauté urbaine au 1er janvier 2017, sans la compétence “Animation” qui restera du ressort de la municipalité, à charge pour elle de prévoir l'organisation idoine (...on y reviendra).

II – Communications

1 – Travaux de restauration de la toiture de l'église

Petit rappel : ces travaux sont entièrement financés par un don.... La municipalité insiste pourtant lourdement, avec moults détails sur le déroulement des travaux....comme si elle en était à l'initiative et en assurait le financement !

Donc, ces travaux avancent conformément au plan de financement de la généreuse association qui a fait le don. La municipalité n'y est pour rien sauf à choisir l'entreprise qui réalise effectivement les travaux.

2 – Dérogation au dépassement de limite de bentazone

On a déjà eu l'occasion d'évoquer cette bizarrerie administrative qui prévoit que lorsque les seuils limites autorisés de ce gaz relevés dans l'eau sont dépassés, le préfet doit prendre un arrêté autorisant ce dépassement !

Mme le maire a donc informé le conseil que le Préfet du Calvados a adressé un arrêté autorisant le dépassement constaté pour une période de trois ans (avec bilan prévu au bout de 6 mois et instauration d'un comité de pilotage (!)). Les dépassements sont évidemment encadrés (maximum 0,18 mg/l)...ça rassure...

Mme le maire en a profité pour indiquer qu'elle avait écrit au président de RESEAU pour lui rappeler que l'usine de décarbonatation était toujours en attente ! ...c'est bien en fin de mandat de se rappeler qu'il y a des choses qui auraient pu être faites plus tôt...

III – Commission Locale d'Evaluation des Charges Transférées (CLECT)

Il s'agit ici du transfert des charges littorales concernant l'analyse des eaux de baignade, précédemment prises en partie en charge par l'ARS, qui se retire. Le financement sera dorénavant partagé entre les communes et la communauté urbaine.

IV – Cession du bâtiment de l'hôtel de La Plage et de son annexe (l'ancien Office du Tourisme)

Ce bâtiment avait été évalué à 600 000 € par le service de France Domaines (le service de l'Etat chargé d'évaluer les bâtiments publics avant leur cession).

Mme le maire a rappelé qu'en début de mandat, les travaux de rénovation de la toiture avaient été réalisés (pour 200 000 €) (c'est la précédente municipalité qui les avait prévus, soucieuse de préserver un bien emblématique de la commune et qui a permis aujourd'hui sa cession...), qu'elle avait lancé un appel à projet car les travaux de rénovation et de mises aux normes étaient très importants. La volonté était toutefois de maintenir une activité commerciale de bar-restauration.

Le conseil de ce soir a voulu faire croire que le choix avait été fait en toute transparence, sauf que la commission urbanisme n'a jamais été réunie sur ce sujet et que la commission “élargie” qui a été évoquée ce soir et qui aurait fait le choix de la meilleure offre, n'a été réunie qu'après les démissions qu'il y a eu et a donc réuni les seuls 11 conseillers qui siègent depuis le mois de septembre...

C'est la SCI Aoustin, en cours de constitution, qui a été retenue. Le prix de cession est de 400 000€.

Ce n'est pas une mauvaise affaire pour l'acquéreur, car si on déduit le coût des travaux de rénovation de la toiture du prix d'acquisition, le prix de revient de l'immeuble est très faible...de plus au regard de l'évaluation des Domaines Mme la maire réalise, elle, carrément une mauvaise affaire !

Le conseiller que j'évoquais en avant-propos, qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », s'est senti obligé d'intervenir pour justifier cette cession.... il a eu raison, des fois que ses futurs co-listiers veuillent dénoncer les cessions de l'actuelle municipalité....

V – Cession mobilière de deux bungalows

La folie cessionnaire de la municipalité finissante ne s'est pas arrêtée là, et c'est donc les deux bungalows, tout neuf, acquis par la précédente municipalité pour équiper le hangar municipal du Haut-Lion pour servir de vestiaire au personnel municipal, qui ont été vendus.

Mme le maire...et le conseiller que j'évoquais en avant-propos, qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », mais qui ce soir trouvait génial tout ce que la municipalité fait, ont tenté de justifier cette cession, en indiquant que ces bungalows n'étaient pas appropriés, qu'ils ne servaient pas, qu'ils allaient définitivement se détériorer.... alors qu'ils sont tout neuf, qu'ils n'ont jamais été mis en fonction, qu'ils ont été acquis récemment à une période où les contraintes réglementaires auraient empêchées que la précédente municipalité n'acquièrent des vestiaires qui ne soient pas aux normes...bref, quand on veut tuer son chien on l'accuse d'avoir a la gale....

Ces bungalows en si piteux état ont quand même été vendus quasiment au même prix que ce qu'ils avaient coûté. La mairie a donc bêtement perdu un peu d'argent, car une nouvelle municipalité qui voudrait rendre au bâtiment du Haut-Lion sa vocation de bâtiment d'hébergement des services techniques, devra à nouveau acquérir ce type d'équipement.

Je ne sais pas si Mme le maire s'est bien rendu compte de ce qu'elle disait, mais elle qui voulait céder ce bâtiment pour y installer un garagiste a déploré qu'il n'y ait pas assez de places de stationnement tout autour...Lorsque les riverains s'opposaient à cette cession en évoquant ce point et en dénonçant un risque de stationnement sauvage, elle le niait totalement...

Il n'y avait absolument aucune raison objective de céder ces bungalows. Mais comme l'avantage des conseils réduits à 10 conseillers qui ne disent rien (sauf le conseiller que j'évoquais en avant-propos, qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », mais qui ce soir trouvait génial tout ce que la municipalité fait) est de faire passer n'importe quelle décision, la question n'a pas pu être posée.

Les bungalows ont donc été cédé 20 000 € (pour un prix d'acquisition assez proche).

VI – Tarifs 2017 des bungalows des Falaises et du gîte municipal (La Petite Loraine)

Des tarifs haute, moyenne et basse saison ont été adoptés. Il vous en coûtera 780 € par semaine pour le gîte et 350 € en basse saison.

Je me souviens d'un débat sur l'éventualité de l'accueil de réfugiés dans le gîte communal en dehors de la période estivale, qui s'était vu opposer un refus ferme et définitif de Mme la maire en raison de la non- conformité de l'escalier du gîte. Je suis heureux de constater que le gîte est devenu conforme pour accueillir des touristes (j'avais, de façon certainement mal-intentionnée, pensé que la mise aux normes de l'escalier n'était pas possible dans le cadre d'un éventuel accueil de réfugiés...). Je prête des fois de mauvaises intentions à Mme le maire...D'éventuels réfugiés n'auront donc eu aucun droit à passer quelques semaines hivernales dans ce gîte, mais ils seront certainement contents d'apprendre que s'ils peuvent le louer, ce gîte bénéficie d'un classement

auprès de la fédération des gîtes de France avec 2 clés !

VII – Avenant à la convention annuelle d'objectifs et de moyens avec l'Office du Tourisme de Ouistreham

Comme indiqué précédemment, la communauté urbaine de Caen La Mer va reprendre au 1er janvier 2017 la seule compétence de la promotion touristique. L'OT de Lion ayant conventionné avec l'OT de Ouistreham sur la double compétence de la promotion touristique et de l'animation. Il y a lieu de retirer cette dernière compétence de la convention avant la reprise par Caen-la- Mer.

Mme le maire en a profité pour évoquer des inexactitudes. Elle a en effet laissé croire que l'OT s'inscrivait dans l'optique de son classement futur en 1ère catégorie (classement qui, doublé du classement de la commune en commune touristique) assure des niveaux de ressources supérieures par rapport aux dotations dont bénéficient les communes... Cela étant, l'obtention de ce classement suppose des dépenses élevées (nécessité d'avoir un personnel trilingue, ouverture quasi-permanente supposant un personnel suffisant en nombre, signalétique urbaine contraignante,...). Mme le maire a laissé entendre que le transfert de la compétence touristique au sein d'un OT communautaire entraînait une prise en charge de ces dépenses...

Il se trouve que dans le cadre de la préparation des élections municipales à venir, et afin de parfaire mon niveau de connaissance des dossiers qui seront évoqués (et surtout afin d'éviter de dire des inepties...), j'ai contacté les professionnels en charge de la compétence Tourisme au sein de la future communauté urbaine. Il m'a été indiqué que le choix de s'inscrire dans la démarche d'un classement relevait d'une décision de chaque municipalité concernée, et que les coûts liés à ce classement...pourraient relever de la municipalité qui a exprimé ce choix. Seules les dépenses liées au classement de l'office du tourisme communautaire en tant que tel (c'est-à-dire celui de Caen) releveraient de la communauté urbaine.

Je donne ces informations uniquement pour que Mme la maire quitte ses fonctions en étant au fait de la réglementation applicable et afin que le conseiller que j'évoquais en avant-propos, qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », mais qui ce soir trouvait génial tout ce que la municipalité fait, ait lui aussi le bon niveau d'information.

Mme le maire a toutefois lourdement insisté sur ce point rappelant que le développement économique par le tourisme était “une orientation politique forte de la municipalité”...ah bon ? Et pourquoi rien n'a été fait en la matière depuis qu'elle a été élue ???? sauf à considérer sue le déménagement à grand frais dans un local très couteux, de l'office du tourisme, qui a vu passer moins de monde qu'avant, s'inscrit dans cette démarche...drôle de vision du développement touristique (surtout si on y ajoute l'interdiction de se servir de la digue, élément touristique essentiel de Lion...).

VIII – Affaires diverses

Où il a été question des travaux du parking du gymnase (tellement bien réussis qu'ils ont failli mettre la maire et son 1er adjoint en transe...)... le conseiller que j'évoquais en avant-propos, qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », mais qui ce soir trouvait génial tout ce que la municipalité fait, n'a pas succombé à cette fièvre...

De la même manière, il a été question des travaux de la digue (après avoir rappelé que Mme la maire avait mis fin à un contentieux qui durait depuis longtemps....) qui ont failli provoqué le même état d'excitation sans que le conseiller que j'évoquais en avant-propos, qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », mais qui ce soir trouvait génial tout ce que la municipalité fait, ne trouve à s'extasier...

Ce conseiller, que j'évoquais en avant-propos, et qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », mais qui ce soir trouvait génial tout ce que la municipalité fait, a toutefois voulu conclure le conseil en soulignant la qualité des locaux rénové de l'épicerie solidaire , beaucoup plus “chouette” selon ses propos... Quand je vous dis que l'actuelle municipalité travaille d'arrache-pied...

Rendez-vous au prochain conseil le 28 novembre où je ne doute pas que le conseiller que j'évoquais en avant- propos, qu'on retrouvera demain sur une liste électorale, après avoir juré qu'on ne « l'y reprendrait plus », mais qui ce soir trouvait génial tout ce que la municipalité fait, sera là...

Séance levée à 19h45